KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Vendredi 25 juillet 2014   St Jacques  
Littérature engagée 
 

puce Sommaire des articles de cette rubrique

   

puce II/ La Résistance (le 17/03/2008 à 09h20)

 

1) Contexte historique


Lorsque le gouvernement français, dirigé par le Maréchal Pétain, entame une politique de collaboration, les premiers refus se font sentir de façon désordonnée et individuelle. C’est alors que le 18 Juin 1940 depuis Londres, le Général De Gaulle lance un appel à une résistance massive et organisée. A partir de ce moment, des réseaux se mettent en place et certains français iront jusqu’à rejoindre le Général à Londres. On observe deux types de résistance : passive (refus d’aider les Allemands, de les loger, de les nourrir…) et active (réseau de sabotage, attentats, tracts clandestins, aides aux pourchassés…). Leur motivation principale est le refus de l’occupation, de la collaboration (par conséquent du régime de Vichy), ainsi que des répressions antisémites.

De plus, la présence des Alliés (notamment les Américains et les Britanniques) est considérable car ils nous apporteront des aides militaire (soldats, armes…) et financière (prêts…), qui nous mèneront à la Libération en Juin 1944.

Mais, aux civils français vont s’ajouter des artistes, en particuliers des écrivains. Ceux-ci vont se consacrer à la résistance en mettant leur plume au service de l’Humanité de différentes manières : en dénonçant la collaboration qui incite à l’antisémitisme et l’anti-communisme ainsi que les partisans de la France nazie …).

Cependant, il existe beaucoup de risques (dénonciation, arrestation,…) et de nombreuses personnes dévouées à la résistance auront une fin tragique : elles seront, pour la plupart, soit torturées puis tuées soit déportées dans un camps de concentration.

 

Sur l'image, on peut voir un couple dont l'homme porte sur son brassard la croix de Lorraine. Celle-ci est portée par tous les résistants:c'est le symbole d'une France libre!

 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer | Permalien ]

puce 2) Formes de Résistance (le 17/03/2008 à 09h22)

 

Pour lutter contre l'occupant nazi, la poésie, grâce à son langage codé ou métaphorique va servir très souvent dans la transmission de messages résistants.

Il existe différents sujets sur lesquels ont débattus des écrivains renommés.

Tout d’abord, les atrocités et les crimes allemands sont évoqués notamment dans un célèbre poème de Louis Aragon Le Musée Grévin (écrit en 1943) :


 

C’est une absurdité que de mettre des rimes

A ce que chacun sait silencieusement

Mais serait-ce donner des ailes à leurs crimes

Que de dire en vers français les bagnes allemands

 

Moi si j’en veux parler c’est afin que la haine

Ait le tambour des sons pour scander ses leçons

Aux confins de Pologne existe une géhen

Dont le nom siffle et souffle une affreuse chanson

 

Auschwitz Auschwitz ô syllabes sanglantes

Ici l’on vit ici l’on meurt à petit feu

On appelle cela l’exécution lente

Une part de nos cœurs y périt peu à peu


Mais, Louis Aragon n’a pas exprimée que ces abominations. En effet, dans son recueil de nouvelles Le collaborateur où il manifeste son refus de l’Occupation allemande, il donne la parole aux adversaires qui changeront d’avis dans le courant de l’histoire.

Cependant, Louis Aragon est loin d’être le seul artiste à s’engager dans cette lutte résistante. René Char va également écrire des recueils, après la guerre (certainement pour éviter les ennuis tels que la censure, l’emprisonnement voire la déportation).  Seuls demeurent, Fureur et Mystère ou encore Les Feuillets d’hypnos, (considéré comme le journal de bord de René Char car Hypnos était son nom de résistants) écrits entre 1946 et 1948, en sont de bons exemples.

Le boulanger n’avait pas encore dégrafé les rideaux de fer de sa boutique que déjà le village était assiégé, bâillonné, hypnotisé, mis dans l’impossibilité de bouger. Deux compagnies de S.S. et un détachement de miliciens le tenaient sous la gueule de leurs mitrailleuses et de leurs mortiers. Alors commença l’épreuve.

Les habitants furent jetés hors des maisons et sommés de se rassembler sur la place centrale. Un vieux, dur d’oreille, qui ne tenait pas compte assez vite de l’ordre, vit les quatre murs et le toit de sa grange voler en morceaux sous l’effet d’une bombe.

(extrait des Feuillets d'hypnos)


Cependant, pour publier leurs oeuvres les résistants sont contraints à la censure. Mais ils la contournent en utilisant des pseudonymes ou en publiant leurs oeuvres clandestinnement.


[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer | Permalien ]

puce Chant des partisans (le 25/03/2008 à 13h34)

Le chant des partisans est l'hymne de la Résistance Française pendnat l'occupation Allemande. Il a été composé en 1943 par Anna Marly et les résistants l'écoutait clandestinement notamment grâce à la BBC...  Il devint vite une chanson populaire. Pour l'écouter et voir en images comment les résistants se battaient pour leur pays,              cliquez ici

   

    

Anna Marly                                             

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer | Permalien ]

 

puceMises à jour

 - En première page Articles 26/03/2008